OVNI et Extraterrestre - Actualité Ovnis 2020

Aperçu du phénomène Ovni en Bretagne

12 Février 2018 , Rédigé par Loreline Publié dans #Témoignages Ovni

Cette carte des ovnis en Bretagne est un travail personnel de collecte de données d'observations d'ovnis commencé en 2013.

Elle comprend 346 cas signalés depuis 1901,  mais tous les cas ne s'y trouvent pas, de plus,  il manque ceux antérieurs au XXème siècle.

J'ai mis des icônes différentes par décennie et des icônes spéciales pour les cas qui m'ont étonnée ou qui me semble significatifs (avion, bateau,chiens qui sont dérangés par l'objet, évocation de tornade)                                                                                                                          
-l'icone marque de préférence l'endroit où le témoin situe le phénomène qu'il a remarqué.          
-Une icône formé de petits carrés disposés en triangle marque  quatre mégalithes remarquables par leur taille imposante, ça m'a amusée de constater qu'ils semblaient marquer les frontières de la péninsule. 

-Les périmètres de la forêt de Paimpont et des Mont d'Arrée sont voilés légèrement de blanc pour marquer d'éventuelles coïncidences avec les lieux mythiques.

-J'ai mis l'indication du passage des failles géologiques importantes du sol breton pour rappeler que certaines observations seraient peut-être d'origine tectonique. 

C'est en découvrant la carte de Base de données PAN/OVNI en Moselle (57) d'Eric B. également connu sous le pseudo Polyèdre,                                                                                      que j'ai eu l'idée de comparer les manifestations du phénomène Ovni avec ceux  qui avaient été observés en Bretagne.

Ces deux régions m'avaient frappée par leurs différences : Toutes les deux se trouvaient chacune à un bout opposé de l'Hexagone - l'une à l'Ouest, péninsule excentrée plus  reliée que séparée  par la mer  à l'Irlande, la Grande Bretagne et l'Espagne, l'autre situé à l'Est,  important axe de communication  au coeur de l'Europe avec une frontière commune avec le Grand Duché de  Luxembourg et l'Allemagne, la Lorraine voisinant aussi avec la Belgique - L'une dont l'environnement a été  influencé par  l'industrialisation lourde liée aux gisements de fer de Lorraine, l'autre longtemps à vocation rurale et maritime. Enfin, la carte de Polyèdre était déjà bien fournie. Et d'une manière plus sentimentale, l'une de mes arrières grand-mères vient de Moselle. 

 Je me demandais si le phénomène s'exprimait de la même manière, voir si on ne pouvait pas constater des déplacements à des dates proches d'ovnis d'une région à l'autre.

Mais pour établir une carte des ovnis en Bretagne, il me fallait des témoignages  spécifiques à la péninsule. J'avais déjà connaissance depuis longtemps de plusieurs cas dont deux  très étranges. L'un m'avait beaucoup impressionnée et on en parlait encore dans les années 60. Ces deux cas se trouvent  l'un à Gâvres près de Lorient  l'autre à Loctudy dans le Pays bigouden.

J'ai retrouvé dans le livre de Jean François Boëdec et dans la Revue Lumière Dans la Nuit ces cas bien plus détaillés que ce qui m'en avait été raconté.

Les voici :

*Le 5 octobre 1954 vers 4 h, l'ouvrier boulanger est occupé à puiser de l'eau dans la cour de la boulangerie. Il aperçoit soudain, à quelques mètres de lui, un engin circulaire posé au sol. Eberlué, il en voit sortir un humanoïde de 1 m 20 de haut qui s'approche et lui touche l'épaule en prononçant des paroles incompréhensibles. Le témoin réussit à garder son sang-froid et regagne le fournil où l'inconnu le suit. A la lumière, le témoin peut dévisager l'étrange visiteur. C'est un être de 1 m 20 de haut, couvert de poils sombres, avec des yeux énormes "de la grosseur d'un oeuf de pigeon ", le visage ovale. Le jeune homme appelle son patron. A ce moment l'être étrange bat en retraite, monte à bord de son appareil qui décolle aussitôt. Lorsque le patron, attiré par ses appels, arrive, l'objet a disparu. Ce même jour, à 30 kms vers 4 h du matin un camionneur devait observer pendant 10 minutes l'évolution de soucoupes volantes lumineuse au-dessus de Fouesnant. une semaine plus tôt, le mécanicien et le chauffeur d'une locomotive aperçurent un engin circulaire qui s'élevait des marais à St Nicolas de Redon.  

15 jours plus tard, à Gâvres(56) a 63 km à vol d'oiseau de Loctudy(29s) en suivant le littoral sud,  le 20 octobre 1954 

* Il est 18h, Une jeune femme est en train de fermer ses volets lorsqu'elle voit une lumière rouge orange venir stationner au-dessus de la route toute proche. De cette lumière émane alors un faisceau lumineux très puissant dirigé verticalement vers le bas juste sur la chaussée de la route. Cinq petits êtres de forme humanoïde apparaissent alors en bas de ce faisceau et se dirigent vers le domicile du témoin. La porte de sa maison s'ouvre et les humanoïdes entrent dans la maison. La femme dira qu'ils ont des tailles variant entre 1m et 1m20 et que leur corps est entièrement recouvert de poils roux à l'exception de leur tête qui est doté d'une sorte de nez "comme celui des cochons." Les humanoïdes se déplacent l'un derrière l'autre et tous les cinq font ensemble trois tours autour du témoin qui reste abasourdie et se met à crier. Ils filent ensuite vers le faisceau de lumière où ils étaient apparus à l'origine et y disparaissent, le faisceau lui même disparaît et le témoin entend un sifflement aigu qui en provient. Au moment où ce sifflement se fait entendre, une bouteille que la jeune femme tenait à la main se brise en deux au niveau de son goulot, il sera plus tard constaté que la coupure est aussi nette que si elle avait été réalisée avec une scie. Le mari se trouvait pendant ce temps en train de faire des courses à l'épicerie voisine à tout juste une trentaine de mètres de distance. Quand il entend son épouse hurler, il court vers son domicile et découvre son épouse presque évanouie et très choquée. Il appela tout de suite un médecin, et celui-ci décida d'expédier la jeune femme à l'hôpital de d'Hennebont, où elle fit une fausse couche, alors quelle était enceinte d'un bébé de deux mois. Depuis l'incident, elle est devenue extrêmement angoissée par la hantise de rencontrer à nouveau les cinq humanoïdes. 

Etait-ce une conséquence de la rencontre de Marius Dewilde avec des entités à  Quarouble qui se produisit le 10 Septembre dans le nord de la France donc l'écho  serait parvenu par la radio ou les journaux toujours présents dans les foyers même modestes et aurait influencé nos témoins ? Il est bien hasardeux de le penser. 

  Ces cas font donc partie  de la première importante vague d'observation d'Ovnis ayant déferlé sur le territoire national en 1954. La presse française se fait l'écho de ce phénomène totalement nouveau : l'observation de machines volantes d'origine inconnue. Partout sont décrits des engins aux formes les plus variées. Des dizaines d'observation, d'atterrissage, de rencontre avec des petits êtres sont rapportées tous les jours durant les mois d'août,  septembre, octobre et novembre.

Mais c'est surtout vers la fin septembre que la Bretagne fut touchée par cette vague avec un pic en octobre comme partout dans l'Hexagone mais cependant, un cas  à la fin du mois d'Août avait déjà attiré l'attention :

Un soir, un campeur sur la lande dans les environs de Quimperlé (29s), entend un fort grondement puis voit une boule orange allant du nord au sud puis 10 à 15 minutes plus tard, un nouveau grondement et, cette fois, il voit une boule violette et, après un laps de temps identique à la précédente, un troisième grondement et cette fois c'est une boule verte qui passe..elles vont toutes les deux dans la même direction que la première. 

 

Ce déferlement d'ovnis sur l'Hexagone incita l'Etat français à tenir une réunion 

 regroupant Emmanuel Temple, Ministre de la Défense Nationale et aux Forces Armées ainsi que 3 secrétaires d'Etat (à la Guerre, Henri Caillavet à la Marine et l'Air) au sein du cabinet de Pierre Mendès-France, Président du Conseil (équivalent du 1er ministre) et donna lieu à la création d'une commission secrète afin d'enquêter: le SEMOC (Section d'Etude des Mystérieux Objets Célestes) qui sera officialisé au Journal Officiel du 12 janvier 1955. Sous la tutelle de l'Etat Major de l'Armée de l'Air (EMAA).

Le SEMOC  sera le premier service démontrant l'intérêt que porte le gouvernement français aux manifestations OVNI. Dirigé par le Lt.-Col. Richard Martin, ses moyens lui permettront de centraliser les observations en collaboration avec la Gendarmerie et la Défense Aérienne du Territoire (DAT).

Ce phénomène s'apaisa en trois mois  mais ne s'éteignit pas car en effet, 

Dans les années 60, Les spécialistes de l'armée de l'air ne furent pas en reste pour rapporter leur observation  et on garde encore le souvenir à Lorient de ces fameuses "apparitions" 

Dans les années 70, une nouvelle vague d'ovnis se répandit dans la péninsule où un nouveau cas d'apparition d'entité se fit connaitre à Riec-sur-Belon dans le Finistère sud 

*le 29 septembre 1974 à 0h45. Un sergent dans l'armée de l'air à Montmorency arrive chez lui quand se produit une forte averse. Il rentre dans sa cuisine quand retentit un fort coup de tonnerre. Il observe alors une lueur fugitive jaune orangée et pense à l'éclairage d'une maison voisine. Il va alors dans sa chambre et voit aussitôt par la fenêtre un halo de couleur rouge. Pensant à un incendie il prend ses jumelles et observe alors une sorte de socle horizontal surmonté d'un habitacle en forme de cône tronqué dans lequel se découpent trois rectangles de couleur rouge vif surmontés de volets rabattables. De plus, trois masses lumineuses blanc phosphorescent sont visibles. L'objet fait environ 4 m de haut de couleur grise. Les formes blanches apparaissent brusquement et disparaissent amorçant un arc de cercle comme si elles contournaient quelque chose. Soudain trois silhouettes de la taille d'1m 70 environ sont visibles. Elles sont de forte constitution, les jambes et la têtes bien visibles... Le témoin réveille ses parents

Non loin, dans le voisinage proche, un couple est couché quand ils entendent un bruit sec d'explosion qui fait trembler les vitres de la maison. Le mari veut débrancher la télévision, mais il n'y a plus d'électricité. Il ressent alors une sensation de chaleur intense. Il observe alors une lueur comparable à un tube néon qui filtre par les volets. Quelques jours plus tard le témoin découvre trois traces rectangulaires de 90cm sur 60 où l'herbe est complètement brûlée, ces traces forment un triangle de 8m par 5 par 4,50.                                                                                         ET à 190 km de là ,  20 minutes plus tard, quatre témoins observeront un objet elliptique d'environ 10 m de long sur 6 mètres de haut qui se posent dans le parc de la Gaudinière à Nantes à environ 150 m d'eux. On relèvera des trace triangulaires le lendemain.

L'affaire de Riec-sur- Belon est l'un des cas les plus extraordinaires, les  mieux documentés et les moins contestés que nous ayons en France. Je ne comprends pas pourquoi, à ma connaissance, il  semble n'avoir été fait aucune étude  confrontant tous ces cas de RR3 en Europe.

Dans les années 80, c'est l'aéroport de Brest Guipavas qui eut des inquiétudes : 

Aéroport de Brest-Quipavas en 2007

*Le 22 novembre 1981 entre 7h 40 et 8h, plusieurs personnes se trouvent sur la route périphérique au terrain d'aviation. Le jour n'est pas totalement levé mais la visibilité est bonne. Soudain ils aperçoivent une boule couleur rouge-orange qui reste immobile au-dessus du champ situé juste avant le terrain d'aviation. Cette boule de la grosseur d'un ballon de football disparaît brusquement et semble être tombée dans le champ ; à aucun moment les témoins ne perçoivent un bruit particulier. De service ce matin là, deux gendarmes vont également apercevoir vers 8h, une boule lumineuse orangée qui s'avance sur la piste comme pour un atterissage alors qu'un avion sur cette même piste s'apprête à décoller. Au fur et à mesure que la boule descend, elle prend une forme plus imposante. Immédiatement le pompier avertit la tour de contrôle mais l'objet disparaît instantanément. Aucun bruit ne sera entendu par les témoins et aucune trace dans le champs ou sur la piste ne sera trouvée. Néanmoins le CRNA signalera un spot visible sur le radar entre 7h50 et 8h 04. Ce phénomène reste inexpliqué

Pour en revenir à ma carte ,

j'ai commencé par les données du Geipan et avec les deux ouvrage de Jean François Boëdec :

- Ovnis en Bretagne -  Anatomie d'un Phénomène** éd. Fernand Lanore 1978                                 - Les Apparitions de Phénomènes Aérospatiaux Non Identifiés dans le Finistère - Fantastiques rencontres au bout du monde. Ed.Le Signor (1ère et 2ème édition)

Mais qu'en est-il exactement pour la base de données relayées par Jean François Boëdec dans ces deux ouvrages ?

Le 17 mars 1973, La Commissioon Nationale des Recherches sur les O.V.N.IS(C.N.R) et le groupement d'Etude des Phénomènes Aériens (G.E.P.A)  que préside Monsieur René Fouéré ont organisé à Quimper un symposium qui a rassemblé plus de cinq cent personnes. Cette manifestation s'est tenue dans une région où certains disent avoir recensé une cinquantaine d'O.V.N.I depuis ces dernières années dont un "triangle volant" en février dernier au-dessus de Quimperlé(29), trois soucoupes au-dessus du chantier de l'Ile Longue(29) en Août 1970, six sphères lumineuses au-dessus de Riec-sur-Belon en septembre 1970.

Monsieur Christian Sévère, secrétaire de la C.N.R. sur les O.V.N.I a souligné dans une allocution d'ouverture le conformisme de notre société qui rejette ce genre de phénomène. Ensuite, Monsieur René Fouéré cita plusieurs déclarations d'astronomes croyant aux O.C.N.et lança un appel : "n'est-ce pas limiter la Science que d'affirmer que ce que nous ne comprenons pas n'existe pas ? souvenons de l'histoire de Galilée " (Le Figaro" Lundi 19 mars 1973)
Du côté de Lorient, une section vient d'être créée à la même époque, une section du "Centre for UFO strudies" dirigée par Monsieur Jean-Louis Brochard  situé à Port Navalo.

Ainsi, c'est grâce a ces petit groupes d'enquêteurs : Christian sévère, Rémy Gueguen, Georges Le Gac, Michel Lejan, Christian Choaler, Jean Yves Nicolas et Robert Gelci, grâce  à leurs d'enquêtes relayées  par Jean François Boëdec dans ses ouvrages, que j'ai pu commencer ma carte avec aussi la base de données du Geipan.

De ces associations privées, le GEPAN  pris le relais comme organisme officiel de la République française sur le sujet des Ovnis. Il fut placé très logiquement au sein du Site du Centre National d'Etudes Spatiales                                                                                                    et il est amusant de constater que son fondateur et premier directeur, Claude Poher  est d'origine bretonne et que son patronyme évoque une région  où fourmille les ovnis.

Voici le dernier cas breton classé D1 qui fut publié sur le Site du GEIPAN ayant pris le "I" d'information.►ICI

Un cas curieux à Etrelles(35) que l'on pourrait expliquer comme ayant été le passage d'un météore et pourtant non...souvent,  il y a ce petit quelque chose qui empêche l'explication d'une observation d'ovni. 

Nom de Dieu ! Qu’est-ce que c’est que ça ? » Deux secondes pour une éternité. Dimanche 1er juin 2014, des gendarmes effectuent une patrouille de surveillance zone du Piquet, à Étrelles, près de Vitré (Ille-et-Vilaine).

« Il fait nuit. Les conditions météorologiques sont bonnes, le ciel est étoilé, le croissant de lune ne se trouve pas dans notre champ visuel. Le vent est faible, il n’y a pas d’orage ni de pluie », raconte un témoin à l’époque. Des bonnes conditions qui permettent encore moins aux gendarmes d’expliquer ce qu’ils pensent avoir vu : un ovni.
Car cette patrouille de routine ne se passe pas comme prévu. Il est 23 h 07. « Soudain, depuis l’habitacle, à travers le pare-brise, nous observons dans le ciel au-dessus de notre véhicule une masse sombre stationnaire à environ 1 000 mètres d’altitude », livre-t-il à ses collègues le lendemain à l’aube.

Aujourd’hui encore, il se souvient de chaque détail.
"J’étais conducteur du véhicule. Mon collègue l’a vu arriver de la droite. Moi, je l’ai vu uniquement lorsqu’il était au-dessus de nous."

 « J’ai d’abord pensé qu’il s’agissait d’un aéronef mais cet objet se déplaçait à une vitesse incroyable en provenance de l’ ouest et en direction de l’est, témoignait-il encore en 2014. "L’objet volant a encore accéléré et a changé de trajectoire. »                                Avant de disparaître brusquement. « A une vitesse ahurissante et dans un silence de mort », « comme s’il s’était évanoui dans la nature en un millième de seconde ». Selon lui, cette masse, « approximativement de la taille de deux véhicules Renault Espace », masquait les étoiles.
Aussitôt, un dilemme se dresse devant les deux militaires. « Devait-on en parler ? Car on allait s’exposer aux moqueries. » Ils contactent finalement le Geipan, le Groupe d’Etudes et d’Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non Identifiés, basé au Centre national d’études spatiales de Toulouse.

"Ils nous ont interrogés séparément. Autour de moi, j’en ai très peu parlé. Même mon épouse n’est pas au courant !" Avec le recul, le gendarme n’explique toujours pas ce qu’il a vu.

"Nous avions demandé à un responsable de l’entreprise Thales si leurs caméras extérieures avaient pu filmer la scène. Mais cela n’avait rien donné. Aujourd’hui, je reste sceptique parce que je suis quelqu’un de très terre à terre. Oui, j’ai vu un ovni. Mais je n’ai jamais parlé d’extraterrestres. Pour moi, il s’agit d’un phénomène scientifique encore non défini, qu’on pourra peut-être expliquer dans plusieurs centaines d’années."
 Le passage d’un météore a bien été enregistré le jour dit, précisément à 23 h 12 mn 30 s heure locale. Mais cela correspond mal avec le phénomène aérospatial non identifié d’Étrelles. A la fois dans l’espace et dans le temps.

En conclusion, le Geipan persiste et signe : « Il s’agit d’un PAN (phénomène aérospatial non identifié) observé par deux témoins de grande fiabilité, dans des conditions d’observation idéales. » Un cas classé D1 car inexpliqué.                                                                           Le rendu de l'enquête ici :►ICI

Dans l'ensemble, le phénomène OVNI se retrouve sur tout le territoire français, presque tout le territoire car il y a des zones vides d'observation. mais chaque cas présente une spécificité bien à lui...il n'y a pas un témoignage semblable à l'autre mais une homogénéité indiscutable dans les caractéristiques de base du phénomène. En ce qui concerne les témoins,  toutes les classes sociales et toutes les générations sont représentées.

J'ai également très largement puisé  dans :

BASE OVNIS FRANCE de Luc CHASTAING: Bases de données d'observations en France
http://baseovnifrance.free.fr/index.php

LES OVNIS VUS DE PRES :  de Patrick GROSS http://ufologie.patrickgross.org/indexf.htm 

Et évidemment, dans le forum Les Mystères des Ovnis, Les journaux comme le Télégramme, Ouest France et la Liberté, le GREPI, ANAKINOVNI, LDLN et diverses sources au cours de mes recherches en plus de celles qui me sont personnelles où qui m'ont été données par mon entourage.

Les  témoignages dont j'ai parlé se sont produits de 1954 à 2008 et évoquent des boules lumineuses (une bonne moitié des observations) des entités ( 12  sur ma carte )  et des d'observations d'engins de toutes les formes qui semblent pour le témoin bien matériel. Sur la carte vous découvrirez le cas de Landévennec et de Port Kerdruc en Nevez dont les traces sur les végétaux et sur le sol  furent dûment analysées et envoyées au Ministère de la Défense qui les transmettra au  Ministère de l'Industrie.

Les méprises sont certainement fort nombreuses. Certaines observations sont incontestablement  des bolides comme celui de ce  mardi 19 juillet 2011 qui se serait désintégré de façon spectaculaire au-dessus de la forêt de Paimpont

Photo extraite d'une vidéo surveillance

 des planètes comme Vénus, des étoiles particulièrement brillantes, la lune sous une forme inhabituelle, des rentrées atmosphériques de satellite, des lanternes thaïlandaises, des ballons sondes ou festifs, des oiseaux,  des avions vus sous un angle inhabituel , des fusées éclairantes..la liste est longue. 

La proximité  des bases militaires de Lann Bihoué et de Landivisiau, les autres aéroports  pourrait permettre des méprises la nuit dues aux feux de signalisation des avions, (quoiqu'en général, il est difficile de faire des confusions avec les Mirages et les Rafales car ils font trop de  bruit ),Nous avons également  des drônes de plus en plus perfectionnés et de plus en plus nombreux. Les vidéos et les photos ajoutent à la confusion.

ou bien....... on ne sait pas ce que c'est !

Mais en consultant ma carte, vous verrez qu'un grand nombre présente les caractéristiques originales bien spécifiques attribuées aux Phénomènes Aérospatiaux Non Identifié ou OVNIS 

  Ce sont des cas troublants que même le Geipan, dans sa propre base de données, n'a pas réussis à identifier et il ne faut pas oublier ce grand nombre d'observations  écartées de tout espoir d'explication en raison de l'insuffisance  d'éléments  ou  en raison du manque de sérieux des témoins...et on peut s'interroger sur le fait que  le  pourcentage de cas inexpliqués (classement D) est établi en intégrant le nombre de ces témoignages ne pouvant être étudiés (classement C).

De plus, les ovni sont vus par un seul témoin ou en groupe ce qui complique la tâche concernant la crédibilité car peu nombreux sont les témoins indépendants, mais il y en a et il a  été possible de suivre un  ovni sur une longue distance grâce des témoins qui se trouvaient sur son passage comme celui-ci :

*26 février 1970, un gigantesque engin survola le côté sud de la Bretagne, de Fontenay-le-Comte en passant par Nantes et le Morbihan. Plusieurs dizaines de personnes dont 12 agents de police l'aperçurent. A Nantes, 2 gendarmes l'observèrent à 400 mètres de distance seulement. "C'était énorme et presque incroyable" s'exclamèrent-ils  D'autres témoins la signalèrent. Cette soucoupe mesurait environ 50 mètres de diamètre et 120 mètres avec l'anneau lumineux qui l'entourait. Elle devait être observée jusqu'à Scaër 29 au terme d'une course folle de près de 200 km au-dessus de la Vendée et de la Bretagne trajectoire Sud-Est/Nord-Est. Voir aussi l'observation de Pluzunet: Engin oval entouré....-.8/0/68. -Coupures de Presse Ouest-France et Presse Océan
-lettre manuscrite de M. Jean Tyrode qui enquêta sur place à l'époque
-Confirmation manuscrite du Gendarme Maurice Thierry de la Brigade de Nantes

En tout cas, Cette carte donne un bon aperçu du phénomène Ovni en Bretagne et elle fourmille de récits tous aussi surprenants. 

Et nous revenons à mon projet initial  la comparaison du phénomène Ovni en Moselle avec la carte  de la Base de données PAN/OVNI en Moselle (57) et aussi la carte  des observations d'Ovnis en Lorraine, Alsace et pays limitrophes d'Eric B. ou Polyèdre qui se trouve sur ce site, avec la carte des Ovnis  en Bretagne 

Je ne peux m'empêcher de penser que notre travail est peut être un modeste écho à  ce passage,  page 205 de la seconde édition du  livre Ovni sur le Finistère (50 ans d'enquêtes 80 cas inexpliqués inexpliquées) de Jean François Boëdec 2ème édition les Montagnes noires

Le docteur Harley Dean Rutledg, président de l'Académie des sciences du Missouri(USA) a suivi attentivement les recherches faites sur les ovnis dans le Finistère de 1980 à 1894

 
"Encore une fois vous ,français, avez donné à nous autre un modèle, une leçon pour montrer comment ces choses sont faites, pour parler sans circonlocution, cette étude est excellente. Nettes dans ses intentions et qui marche tout droit pour les réaliser. Si nous possédions de telles données pour chaque région, quelle vision panoramique aurions-nous sur ce phénomène ! et quelle base de données comparatives" 


Il est l'un des rares scientifiques (avec jacques Vallée) à avoir compris très tôt l'importance de l'étude territoriale du phénomène dans une recherche fondamentale encore naissante. Il créa au sein de la Southeast Missouri University une structure nommée "PROJECT IDENTIFICATION" chargé de suivre l'évolution du phénomène dans l'Etat du Missouri. En 1983, Harley Dean Rutledge envoya même un courrier au directeur de 'Université de Bretagne Occidental à Brest pour lui suggérer d'ouvrir d'un département identique. 
Nous sommes en 2018, La réponse se fait-elle toujours attendre comme se fait désirer le scientifique  ayant pignon sur rue qui s'engagera sérieusement à  exploiter les données que nous leur présentons sur une carte de  France ?

Prochainement, nous nous pencheront sur l'étrange faculté des ovnis à se transformer sous les yeux des  témoins.

 

 

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

shana lilie 13/02/2018 02:06

Beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. J'aime beaucoup. je reviendrai. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). au plaisir